La créativité chez les personnes âgées

Les personnes âgées sont stigmatisées par leurs pertes avec l’avancée en âge. A tort, certaines de leurs capacités sont décrites comme inexistantes ou perdues. Or, ce n’est pas toujours le cas. Notamment pour la créativité. Etant particulièrement associée à l’enfance, la créativité est pourtant une capacité préservée chez le public âgé. En commençant par décrire la créativité, cet article a pour but de déconstruire cette fausse croyance et de montrer qu’au-delà d’une activité, elle peut être utilisée dans les pratiques thérapeutiques.  

  

Au sens commun, la créativité « décrit — de façon générale — la capacité d’un individu à imaginer ou construire et mettre en œuvre un concept neuf, un objet nouveau ou à découvrir une solution originale à un problème » (Wikipedia). Autrement dit, la créativité peut se jouer dans l’art ou dans la conception d’un projet inventé, imaginé qui relève de la nouveauté. D’autres définitions que l’on peut retrouver dans les dictionnaires les plus courant stipulent que « La créativité est la capacité, faculté d’invention, d’imagination ; pouvoir créateur » (Larousse). Ou encore, que la créativité « est le pouvoir de création, d’invention » (Le Robert).  

Après ces quelques définitions qui reprennent l’essence même de la créativité, il est important de différencier certains termes utiliser à outrance tels que la créativité, la création et l’imagination. La créativité est le processus d’associations d’idées à travers l’imagination tandis que la création est le produit final créé. Tandis que l’’imagination est le fait de penser, de concevoir sans limites, hors de la réalité, pour créer quelque chose alors que la créativité puise dans cette imagination pour créer, concrétiser dans la réalité.  

La créativité se décrit également comme un processus qui peut se distinguer en 4 phases chronologiques. La préparation est la phase où le sujet va prendre connaissance du problème qui se pose à lui. Puis l’incubation est le moment où le sujet va tenter de comprendre ce problème et d’y réfléchir. Ensuite, l’illumination est le stade où le sujet va explorer sans limites toutes les pistes possibles pour résoudre ce problème. Enfin, la vérification fait davantage preuve de logique que de créativité même si elles sont liées. Cette phase consiste à vérifier toutes les idées élaborées durant la phase d’illumination afin de conclure si chacune d’elle est logique et réalisable. Toutefois, dans la créativité, il est essentiel de ne pas succomber à cette phase qui peut bafouer l’imagination et faire prendre le risque de passer à côté d’une idée créative.  

  

Il persiste un amalgame concernant la créativité chez les personnes âgées car celle-ci est souvent associée au déclin cognitif. Autrement dit, la créativité diminuerait avec l’avancée en âge. De plus, les pertes de motricité et des fonctions exécutives peuvent laisser supposer que les personnes âgées ne sont plus en capacités de créer. Or, la créativité est très vaste et se trouve dans différents domaines telles que la peinture, le dessin, le collage mais aussi dans la musique, le chant, la danse, le théâtre ou encore dans l’élaboration d’un texte (écriture ou récit). Il n’a pas été démontré empiriquement (inclure une partie neuro ?) que la créativité diminue avec l’âge. Au contraire, lorsqu’on s’attarde sur cette notion, elle est toujours présente chez cette population mais requiert de la stimulation pour être exploitée.  

Sans prendre en compte les artistes âgés, il existe des « créateurs tardifs » qui sont les personnes développant leur potentiel créateur arrivés à un certain âge. Pris dans un élan créateur, ces personnes découvrent la créativité et plus particulièrement la leur et se mettent à créer. Cet élan se déclenche souvent par rapport à un contexte dans l’histoire de vie tel que la retraite, le départ des enfants, l’arrivée en institution (avec les activités proposées, les animations)… Il s’agit d’un retour au soi par la créativité, le fait d’occuper son temps d’une manière différente en exploitant son potentiel créateur. Alors que ces personnes n’avaient pas ce temps à consacrer à leur créativité lorsqu’elles avaient une activité professionnelle ou des enfants à élever.  

Pour que la créativité puisse avoir lieu et exprimer son plein potentiel, il faut un environnement adéquat. Ici se pose la question de l’institution pour personnes âgées : une Résidence pour séniors permet-elle à ses résidents de faire preuve de créativité ?   

En institution, la personne peut vouloir préserver son économie interne en arrêtant de lutter psychiquement et investir dans autre chose que sa créativité. Ou alors, le sujet ne s’y retrouve plus dans son nouvel environnement et délaisse sa créativité car celle-ci n’est plus prioritaire. En aucun cas, il s’agit de l’institution en tant que telle mais de facteurs de risques d’entrer dans celle-ci en fonction du sujet et de ses conditions d’adaptation dans son nouveau lieu de vie. De plus, la personne âgée va prendre de son énergie psychique pour préserver sa personnalité. Donc elle ne va pas être en capacité de vivre au moment présent or la créativité ne peut avoir lieu dans cette condition car elle se réalise dans l’ici et maintenant.  

 Afin de relancer la personne dans sa créativité ou l’inviter à développer ce potentiel, il serait judicieux que les professionnels viennent infirmer les sujets qui ont une vision pessimiste de leur entrée en établissement comme un synonyme de dépendance et d’attente de leur propre mort. Il s’agirait de les investir à exploiter leur créativité dans leur nouveau logement. Néanmoins, il faut qu’à l’instant de créer, le sujet ne voit plus le personnel comme du personnel médical et soignant au risque de se retrouver dans cette vision d’un lieu médicalisé et de soins car la vieillesse et la mort seraient considérées comme une maladie.   

Pour cela, il serait préférable que l’institution dispose de lieux d’évasion et de divertissement qui ne sont pas semblables aux lieus faisant référence aux soins médicaux. Ainsi le sujet peut être conditionné à créer au sein de ces lieux dédiés à leur créativité. On entend ici par lieux dédiés à la créativité des moments avec un certain cadre comme des ateliers de divertissements créatifs permettent de créer sans objectifs prédéfinis ou alors pour contribuer à la vie de la Résidence comme créer pour décorer leur environnement par la suite. Ces ateliers peuvent comprendre aussi des séances de médiation artistiques ou d’art-thérapie, qui ont comme première instance un objectif thérapeutique à travers la créativité.   

  

 Cependant un problème persiste, celui de l’amalgame concernant la perte de créativité chez les personnes âgées et leurs pertes liées à l’âge. Ce qui engendre donc peu de recherches sur ce sujet. Pour autant, certaines études existent mais connaissent certaines limites telles que le peu de participants voire uniquement sur quelques cas cliniques, ou sur d’anciens artistes, sur des sorties culturelles ou sur des patients ayant une pathologique spécifique comme la maladie d’Alzheimer ou encore Parkinson. Pour la plupart de ces études, les résultats ne sont pas significatifs.  Toutefois, créer a des effets bénéfiques sur la santé physique et mentale. La créativité aide les personnes vieillissantes à s’adapter au changement dû au vieillissement. Elle relève d’un besoin de haut niveau lorsqu’on se réfère à la pyramide de la réalisation de soi (pyramide de A.Maslow). De plus, la co-créativité peut être bénéfique pour les personnes âgées sans avoir comme première instance, un objectif thérapeutique. (Castora-Binkley et al., 2010).  

  

Toutefois depuis ces dernières années, il y a un intérêt qui émane dans la recherche concernant la créativité des personnes âgées. Il existe des potentiels bienfaits de la médiation artistique qui ont été démontrés à travers différentes études. Cela reste à évaluer et à l’avenir, des travaux de recherches nous permettront d’être plus précis sur les apports de la créativité chez cette population âgée.  

  

BIBLIOGRAPHIE 

Cailleau, A. (s. d.). Créativité chez le sujet âgé: quand la sensorimotricité se met au service de la créativité en psychomotricité. 105. 

  

Tsai, K. C. (2013). A REVIEW OF THE INQUIRY OF CREATIVITY IN OLDER ADULTS IN JOURNALS. 9. 

 Kim, S. K. (2013). A randomized, controlled study of the effects of art therapy on older Korean-Americans’ healthy aging. The Arts in Psychotherapy, 40(1), 158‑164. https://doi.org/10.1016/j.aip.2012.11.002 

  

Kim, H., Kim, S., Choe, K., & Kim, J.-S. (2018). Effects of Mandala Art Therapy on Subjective Well-being, Resilience, and Hope in Psychiatric Inpatients. Archives of Psychiatric Nursing, 32(2), 167‑173. https://doi.org/10.1016/j.apnu.2017.08.008 

Cucca, A., Di Rocco, A., Acosta, I., Beheshti, M., Berberian, M., Bertisch, H. C., Droby, A., Ettinger, T., Hudson, T. E., Inglese, M., Jung, Y. J., Mania, D. F., Quartarone, A., Rizzo, J.-R., Sharma, K., Feigin, A., Biagioni, M. C., & Ghilardi, M. F. (2021). Art therapy for Parkinson’s disease. Parkinsonism & Related Disorders, 84, 148‑154. https://doi.org/10.1016/j.parkreldis.2021.01.013 

  

Wang, Q.-Y., & Li, D.-M. (2016). Advances in art therapy for patients with dementia. Chinese Nursing Research, 3(3), 105‑108. https://doi.org/10.1016/j.cnre.2016.06.011 

  

Créativité — Wikipédia (wikipedia.org) 

  

  

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.