Ni domicile, ni EHPAD : quelles solutions alternatives pour l’habitat des personnes âgées ?

 

Depuis une quinzaine d’années, on peut noter un foisonnement de projets et d’initiatives visant à promouvoir de nouvelles formes d’habitat pour les personnes âgées. Cette tendance est relativement récente et encore mal identifiée. Ni domicile, ni EHPAD : quelles solutions alternatives pour l’habitat des personnes âgées ?

L’habitat des personnes âgées est, certes, à l’agenda des politiques publiques, notamment avec le déploiement prévu d’un arsenal d’aides à la personne censées soutenir le maintien à domicile. Cependant, il n’a encore jamais été envisagé de soutien institutionnel large à des solutions alternatives d’habitat, à l’instar d’autres pays comme le Danemark ou le Canada. Pourtant, 83 % des français veulent vieillir à domicile et ne souhaitent pas aller en maison de retraite, et la plupart du temps, les enfants qui y placent leurs parents le font à contrecœur. Or, en France, 20 % des plus de 85 ans sont en situation de dépendance, un chiffre en constante évolution en raison de l’augmentation de l’espérance de vie … En 2040, un français sur quatre aura 65 ans et plus (soit presque le double de seniors qu’en 2012). Les « baby-boomers », nés juste après la Seconde Guerre Mondiale, entrent actuellement dans la vieillesse et la dépendance. Pour les familles, la question du lieu de vie pour un parent âgé dépendant peut vite tourner au casse-tête. Comme il paraît difficile d’envisager une solution universellement bonne, une diversification des dispositifs semble nécessaire. En attendant, dans le secteur de l’habitat, la société civile tente d’innover, avec toutes les difficultés que suppose l’absence de soutien de la part des pouvoirs publics.

Selon une enquête publiée en juin 2017, le prix moyen d’un EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) – 1 949 euros par mois – dépasse de 14 % le revenu moyen d’un retraité. Heureusement, pour garantir leur sécurité ou pour vaincre la solitude, les personnes âgées ont désormais d’autres choix. Dans les cas où le maintien à domicile n’est plus possible, de nouvelles formes d’habitat émergent. Elles sont davantage en phase avec les attentes des nouvelles générations de retraités, qui souhaitent garder une plus grande liberté de vie, même à un grand âge. Ainsi naissent des projets d’habitats alternatifs pour personnes âgées, des solutions moins onéreuses et plus conviviales. 

Quelques chiffres pour comprendre :

La perte d’autonomie survient autour de 85 ans : c’est l’âge moyen d’entrée en EHPAD et l’âge médian des bénéficiaires de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie).

  • Le béguinage

Aujourd’hui en France, le béguinage est un mode de vie collectif destiné aux personnes âgées seules ou en couple. Adaptées, les maisons en béguinage sont souvent de plain-pied pour en faciliter l’accessibilité. Ce type de structure n’est pas médicalisé donc le senior doit être autonome ou en perte partielle d’autonomie. Autrement dit, il doit appartenir aux Groupes Iso-Ressources (GIR) 6 ou 5. 
Considéré comme une alternative aux maisons de retraite, il s’agit d’un concept basé sur l’entraide et la solidarité. Logées en centre-ville, les personnes âgées sont intégrées à la population locale et les espaces communs de ce mode de vie favorisent l’échange et l’entraide. Encore, ce mode de vie offre la possibilité de continuer à vivre chez soi tout en rompant avec l’isolement, et en étant locataire ou propriétaire de son propre chez soi. Le résident peut librement faire appel aux services d’une aide à domicile pour effectuer les tâches ménagères ou la préparation des repas. Pour garantir un certain niveau de sécurité, les résidents ont accès à un dispositif de sécurité de type téléassistance (24h/24h). Financièrement, les béguinages font majoritairement partie du parc immobilier HLM (Habitation à Loyer Modéré) et sont réservés aux personnes âgées aux moyens limités. De plus, la mutualisation des services permet aussi de limiter les dépenses financières. Le béguinage permet ainsi de résoudre de nombreux avantages sociaux et financiers. 

  • L’habitat intergénérationnel

Ce type d’habitat désigne un ensemble de logements conçu pour accueillir différentes générations : étudiants, familles, personnes âgées. Chaque résident possède son lieu de vie, tout en vivant dans un ensemble résidentiel. Des espaces communs permettent de se rencontrer : lingerie, salle commune que l’on peut réserver pour une fête de famille … Il s’adresse donc à toute tranche d’âge. Il valorise la solidarité, le lien social, la rupture de l’isolement et permet un environnement plus sécurisant et vivant. En adéquation avec le projet, les logements sont adaptés : plusieurs chambres pour les familles, studios pour les étudiants, 3 pièces adaptées pour les personnes âgées (volets électriques, barres d’appui installées dans la douche …).
Ces structures sont, en général, fondées par des investisseurs privés ou des bailleurs sociaux en partenariat avec des associations. Lorsqu’ils sont conçus par des bailleurs sociaux, le coût des loyers et des services est pensé pour convenir à des retraités avec de petits revenus.

  • L’habitat kangourou

Une habitation kangourou désigne la cohabitation de deux familles, dans deux parties distinctes d’un même logement. En général, il s’agit de deux générations de la même famille, mais il peut également s’agir d’un membre de la fratrie, ou même d’une personne sans lien de parenté. L’habitation est scindée en deux : l’habitation principale pour la famille et l’unité d’habitation subordonnée (généralement en rez-de-chaussée). Les occupants ont leur propre chambre, salle de bain, cuisine et séjour, même si certaines parties sont souvent communes. Pour un bon déroulement, une confiance et un respect mutuel des styles de vie respectifs est nécessaire !
Son principal avantage réside dans le fait que, tout en gardant son indépendance, il permet à ses occupants de prendre plus facilement soin les uns des autres et de s’entraider. Cela permet aux deux parties de préserver leur vie privée autant que possible tout en se sentant rassurées d’avoir toujours quelqu’un à proximité en cas de besoin. Cette proximité permet aussi une économie de temps au quotidien, comme les courses ou le jardinage.
Légalement, des dispositions nécessaires sont à prendre en compte. En effet, l’unité d’habitation subordonnée ne peut pas représenter plus d’un tiers du volume de construction total de l’habitation. Elle est aménagée pour deux personnes qui doivent être âgées de 60 ans au minimum, ou bien pour deux personnes dépendantes. Les deux unités d’habitation appartiennent au même propriétaire. Un simple avis est nécessaire pour transformer l’habitation en habitation kangourou. Un permis de bâtir sera néanmoins obligatoire si la construction d’une annexe est envisagée.

  • L’habitat inclusif ou habitat partagé

L’habitat inclusif (ou partagé) est en expérimentation : il a pour but de permettre aux personnes âgées ou handicapées de rester à domicile. En raison d’une perte d’autonomie (âge ou handicap), ces personnes peuvent emménager dans un même bâtiment. Elles peuvent disposer de leur propre logement, ou d’une simple chambre avec espaces communs (cuisine, salle de bain …). Le loyer inclut un encadrement pour les activités. Les habitants signent une charte de vie commune non obligatoire mais souhaitable car elle traduit le projet de vie sociale et partagée. La structure n’offre pas de “suivi médical” mais un accompagnement assuré par différents professionnels (animateur, éducateur spécialisé, travailleur social).
Ces projets sont portés par des associations et mettent entre 3 à 5 ans à voir le jour car ils émanent des demandes des futurs résidents. Ces dispositifs sont en développement et financés par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Pour bénéficier de cette aide, les habitants doivent percevoir l’Allocation Adultes Handicapés (AAH), la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) ou avoir un GIR compris entre 1 et 5. Les conditions d’éligibilité sont susceptibles d’évoluer si l’expérimentation donne des résultats positifs. Il n’y aurait dans ce cas plus ni de critères d’âge, ni de handicap. Cela permettrait de répondre encore plus au besoin des personnes âgées qui est de choisir où elles souhaitent vieillir.
La crainte est de retrouver certaines dérives immobilières, comme le fait de construire simplement parce que le modèle peut rapporter des revenus.

  • L’habitat autogéré

L’habitat autogéré est une structure mise en œuvre essentiellement par des femmes, qui inventent des lieux où l’on vieillit bien, en prenant soin de soi et des autres.
À partir de 65 ans, 77% des femmes vivent seules, alors que 75% des hommes de la même tranche d’âge vivent en couple (INSEE, 2010). Ainsi, pionnières du genre, pensée par et pour des femmes, la Maison des Babayagas dispose de 21 logements pour femmes de plus de 60 ans, et 4 logements pour les jeunes de moins de 30 ans. Ces structures permettent aux femmes de s’aider au quotidien entre elles, quand elles estiment s’être suffisamment « occupées » des hommes dans un rapport déséquilibré entre don et contre don. Vivre là devient un moyen de prendre soin les unes des autres dans un esprit de réciprocité et dans une intimité facilitée. Elles peuvent compter les unes sur les autres pour s’entraider au quotidien : le groupe contribue à pallier les petites défaillances physiques quotidiennes et favorise également une vie sociale pour remédier à l’isolement fréquent rencontré par les personnes vieillissantes. La Maison des Babayagas favorise la préservation de l’autonomie et refuse avec force l’infantilisation, qui leur semble souvent aller de pair avec le vieillissement en institution. 
Ce projet permet de vivre ensemble mais chacun chez soi, permettant ainsi de préserver l’intimité de la vie privée qu’il n’est ici à aucun moment question de communautariser. Des locaux communs sont disponibles pour la vie en communauté tels que : grande salle, chambre d’amis, buanderie, atelier, bibliothèque …
La démarche est menée, de bout en bout, par les habitantes : choix du lieu, de l’architecte avec laquelle sont pensés les espaces et les matériaux, gestion du quotidien … L’entretien et la sécurité sont également assurés par les résidentes. Ce projet ressemble aux femmes qui le portent : cette volonté d’autonomie citoyenne reste en lien avec les années post soixante-huit et montre que les « vieux » sont capables de prendre soin d’eux-mêmes. 
Cette initiative est considérée comme étant la plus marginale, mais compte tenu de l’impact qu’a eu l’expérience des Babayagas et de l’évolution prévisible des attentes des futures personnes âgées en matière d’habitat au grand âge, on peut supposer que ce type d’initiative est appelé à se développer dans les prochaines années, le but étant de garder la maîtrise du lieu de vie malgré la survenue de handicaps liés à l’âge.

Le Village Landais (Village Landais Alzheimer (landes.fr))

De plus en plus de projets innovants et alternatifs prennent forme en France, comme c’est le cas du Village Landais (Dax), sorti de terre en 2020 et imaginé sur le modèle du centre De Hogeweyk aux Pays-Bas. Le Village Landais prône l’autonomie et le fonctionnement d’un lieu de vie comme à l’extérieur de la structure. Le village est organisé en 4 quartiers et 16 maisonnées, permettant ainsi d’accueillir jusqu’à 120 résidents. 
L’accompagnement est centré sur la personne, pour améliorer la qualité de vie et le bien-être des malades ainsi que de leurs aidants. Les résidents sont libres d’aller et venir dans le Village : leur rythme de vie respecté au mieux. Le cœur du Village dispose de salle d’activités, médiathèque, auditorium, salle de sports, salon de coiffure, épicerie et brasserie. Tout est mis en place pour que les résidents se sentent le moins isolé et le plus libre possible. Le Village fonctionne notamment en coopération avec des bénévoles, en complément des professionnels. Le projet est intégré dans le fonctionnement du village, en permettant par exemple de bénéficier des infrastructures du Village Landais (auditorium), et en facilitant le lien (bibliothèque du Village accessible aux habitants de Dax …). 
La structure permet ainsi d’offrir une liberté unique et un mode de vie presque “normal”.

Dans les Landes, un village comme les autres pour les malades d’Alzheimer | AFP

  • Les Maisons Carpe Diem (Québec – Canada)

Dans une idée de maintien de l’autonomie, loin d’une vie stigmatisante et réductrice à la maladie, les Maisons Carpe Diem ont été créées. On se concentre sur la personne, et non pas sur sa maladie, comme on se concentre sur ses capacités et non pas sur ses déficits. L’approche est humaniste et inclusive. Les soignants sont intégrés dans la résidence, sans port de blouse, et les résidents font partie intégrante de l’organisation de la vie quotidienne. Les tâches de la vie quotidienne sont assurées par les résidents, accompagnés des intervenants. L’ensemble permet de renforcer le sentiment d’utilité et le sens des responsabilités. 
Le défi est quotidien, les heures du coucher, lever ou déjeuner n’étant pas fixées mais variables en fonction de chacun. Les habitudes de vie sont respectées. Les repas du midi et du soir restent cependant des moments privilégiés partagés dans un cadre convivial entre intervenants et résidents. Certaines personnes peuvent parfois décider de manger seules ou au salon avec des invités.
La volonté est que les résidents puissent vivre le plus possible dans les Maisons Carpe Diem comme ils en avaient l’habitude avant.

  • Les Maisons de Crolles (Crolles)

Les Maisons de Crolles sont la concrétisation d’un projet imaginé par un couple, Xavier et Blandine, après le diagnostic de celle-ci. A 36 ans, la mère de famille est diagnostiquée d’une aphasie primaire progressive. Dans une volonté de créer une structure d’hébergement adaptée aux jeunes malades, et permettant de vivre une vie la plus normale possible, le couple se lance dans le projet. Inspirés des Maisons Carpe Diem, le fonctionnement de la structure cherche à respecter le rythme de vie et à soutenir l’autonomie. De plus, peu de structures sont adaptées aux personnes touchées par la maladie à un âge relativement jeune.

Alzheimer : l’approche québécoise qui change des vies jusqu’en France | Radio-Canada.ca : Vidéos

En conclusion, les solutions d’hébergement pour les personnes âgées sont en perpétuelle évolution. Notre souhait était de présenter des solutions de logements alternatives, encore peu connues, et qu’il nous paraissait judicieux de faire connaître. Elles sont la concrétisation d’initiatives qui font suite à une insatisfaction concernant les solutions actuelles. Pour remédier à ce mécontentement et répondre à leurs besoins et à l’évolution de leurs attentes, les personnes cherchent parfois elles-mêmes des solutions (Maison des Babayagas, Maisons de Crolles …).

A l’avenir, nous ne pouvons que souhaiter l’accélération du développement d’un grand nombre de structures face à la croissance de la demande. Des structures conçues pour répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées avec humanité, en privilégiant leur autonomie et leur liberté.

Grimal M. & Le Pézennec C.



Citer ce billet
marieg2000 (2021, 12 octobre). Ni domicile, ni EHPAD : quelles solutions alternatives pour l’habitat des personnes âgées ? Psychologie du vieillissement. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1uy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.