Vieillissement et préjugés

De nombreux préjugés à connotations négatives accompagnent le vieillissement.

En France, dans notre société actuelle, celui-ci est dévalorisé, probablement à cause de l’image de la mort qu’il renvoie et qui fait peur. Pourtant, la mort n’a pas toujours été un sujet tabou et effrayant.  

Jusqu’au Moyen-Âge, la mort était apprivoisée. Cela signifie que chaque individu avait une pleine conscience de sa propre mort. Elle était alors trop présente et commune à tous pour pouvoir l’ignorer.

De ce fait, les individus prenaient le temps de faire un bilan de leur vie. Jusqu’au 15° siècle, les cimetières se situaient autour des églises, ils faisaient partie de cet espace commun à tous, de ce lieu ouvert. 

C’est à partir du 18° siècle que la mort devient dramatique. Elle est donc liée à la perte de l’autre. Les endeuillés n’acceptent plus la mort de l’autre et ce avec des émotions bruyantes: la tristesse et la colère. Il y a donc un refus de la mort qui commence à apparaître. Au 19° siècle, la mort devient un réel problème, se liant à la tendance de confisquer à la personne la vérité sur sa propre mort. Il y a l’idée d’épargner le mourant, de se savoir mourant et de savoir qu’il peut mourir. 

La mort est donc frappée d’interdit et est privée de société. Elle devient alors de plus en plus individuelle, il n’y a plus de soutien social. De nos jours, la mort est devenue un phénomène scientifique: la science s’empare de la mort avec fantasme. Cela signifie que cette science veut venir à bout de la mort, l’éradiquer. De plus, la mort est prise en charge par la médecine. Avec une médicalisation de ceux qui vont mourir, la mort devient une maladie. Les mourants deviennent une catégorie. Pour autant, on est soit mort, soit vivant. La société nie une chose essentielle: la mort est interne à la vie. Elle se constitue de plusieurs pertes comme la perte symbolique. Nous pouvons prendre la perte d’objets tel que le “doudou”. Il est un soutien durant notre enfance, mais pour entrer dans une nouvelle phase du développement, on doit alors se séparer de son “doudou”. 

Nous-même, avant de commencer à travailler auprès des personnes âgées et de mieux  connaître cette population, avions des préjugés à leur égard. Sans le savoir, nous relayions les idées reçues enseignées par la société dès notre enfance. Nous vous partageons ici nos témoignages : 

“Avant de commencer à travailler avec la personne âgée, j’avais beaucoup de préjugés négatifs sur cette population. Il était simple de faire l’amalgame entre personne âgée et personne présentant des troubles cognitifs, surtout en EHPAD. J’imaginais des personnes alitées, avec des capacités physiques très limitées. J’avais l’image de l’individu en fin de vie, qui tend vers la mort et qui petit à petit délaissé toutes activités et se renferme sur lui-même.”

“ J’ai toujours eu un regard particulier sur la personne âgée. De part un grand-père atteint de maladie d’Alzheimer et placé en structure d’accueil, j’ai toujours une vision négative de l’accompagnement des personnes âgées en structure d’accueil. Avec l’idée d’un endroit sombre, froid, respirant la mort, où le silence et l’inactivité règnent. J’ai jusqu’alors toujours pensé que les personnes étaient allongées dans leur lit, passif et presque mort. ” 

Le vieillissement est souvent associé au déclin. Il est communément perçu comme une déchéance. Ainsi, une personne âgée serait couramment assimilée à une mauvaise santé (physique et mentale), à la perte de sa beauté,  à une baisse ou même absence de vie sexuelle, à l’arrêt de ses activités menant donc à l’inactivité. On se représente souvent la personne âgée comme un individu dépendant des autres, ne pouvant plus rien faire seul, parfois atteint de démence ou de sénilité. On l’imagine comme une personne isolée et déprimée, n’attendant plus que la mort. Tous ces stéréotypes dépeignent un portrait effrayant de cette population. 

Il est relativement normal de se poser des questions sur la vieillesse et d’avoir peur des conséquences que celle-ci peut parfois impliquer. Il faut cependant être très vigilant à ne pas basculer dans l’âgisme, qui est malheureusement un comportement largement répandu de discrimination envers les personnes âgées. Les stéréotypes âgistes les plus répandus considèrent les personnes âgées comme fermées d’esprit, inutiles, incapables de s’adapter aux avancées de la société, ou encore sans-gènes. Il faut savoir que l’âgisme peut avoir des conséquences sur la santé des personnes âgées. Avoir une représentation négative de la vieillesse aurait un impact sur son propre vieillissement. D’après l’OMS, les personnes ayant une représentation négative du vieillissement vivrait moins longtemps que celles qui en ont une représentation positive. De plus, les actes agistes dévalorisent les personnes âgées et ont un impact sur leur estime de soi. En effet, ces agissements répétés vont engendrer une autoproduction de stéréotypes négatifs chez la personne âgée, elle va ainsi croire en ces stéréotypes et imaginer qu’elle est un fardeau pour la société. Cela pourra avoir des conséquences dramatiques sur son moral. Ainsi, il faut impérativement lutter contre l’âgisme. Une charte européenne de l’avancée en âge a été mise en place en 2019 avec pour objectif de lutter contre l’âgisme, de changer les regards sur les personnes âgées et de défendre les droits de ces dernières.

Sources

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.