Archives mensuelles : janvier 2022

La déprise de la conduite : une perte irréversible ou une possibilité d’autonomie ?

Il existe une idée reçue très persistante dans l’imaginaire collectif voulant que les personnes âgées soient de vrais dangers de la route, qui ne respecteraient plus ni limitations ni priorités et grillant la priorité à quiconque croiserait sa route, mais en parallèle beaucoup de seniors cessent de conduire.

Où sont le vrai et le faux, et quels sont les enjeux autour de cet arrêt de la conduite ?

Seniors au volant… mort au tournant ?

Cette idée est véhiculée en grande partie par le fait que la mortalité des plus de 65 ans est extrêmement élevée (ils représentent plus d’un quart de la mortalité routière selon les chiffres de l’ONISR).

Pourtant ils ne sont pas les seuls ; la mortalité routière des les 18-24 ans monte à 22 %. Ce qui les distingue ce sont principalement les causes de cette mortalité.

En effet, quand pour les 18-24 ans les principales causes sont un manque d’expérience et des conduites à risques, pour les personnes âgées il s’agit plutôt du fait qu’ils sont beaucoup plus fragiles, donc un choc qui serait superficiel pour des plus jeunes peut être potentiellement grave voire mortel pour des personnes âgées.

Si l’on regarde la responsabilité dans les accidents mortels, les plus de 75 ans figurent parmi les plus bas de la liste.

Il est cependant vrai que les capacités globales déclinent avec l’âge, les seniors ont tendance à avoir moins de réflexes que les autres, les accidents dans lesquels ils sont impliqués sont souvent liés à un rapidité de la situation, et c’est là qu’intervient la déprise de la conduite : passé un certain âge, certains cessent de conduire.

Pour résumer, bien que les personnes âgées soient plus en danger sur les routes que les autres, elles ne sont pas pour autant un danger.

 

La déprise de la conduite… c’est à dire ?

Avant tout, posons le contexte : la voiture est le premier moyen de locomotion des seniors, qui sont beaucoup plus motorisés qu’avant.

Pour donner un ordre d’idées, 78 % des plus de 75 ans ont le permis selon l’ENDT, et ce chiffre serait en hausse.

Malgré ces chiffres, la motorisation diminue considérablement avec l’âge.

De nombreuses études montrent que la première cause de l’arrêt de la conduite est le déclin physique, viennent ensuite des difficultés cognitives telles que la baisse des réflexes, l’attention, une augmentation de la fatigue ou de la désorientation.

Il est pourtant difficile d’avoir un chiffre exact des seniors qui cessent de conduire car ils conservent leur permis de conduire, simplement ils ne l’utilisent plus. D’autres arrêtent progressivement, et enfin environ 32 % des déplacements en voiture des seniors se font en tant que passager, mais ils sont pourtant comptabilisés dans les seniors motorisés.

Il n’y a donc pas de réel recensement du taux de personnes âgées cessant de conduire, mais la multiplication des recherches sur le sujet montrent qu’elle est tout de même relativement en hausse, notamment le fait que 20 % des plus de 75 ans déclarent des gênes à la conduite.

La déprise de la conduite en bref c’est l’arrêt de la conduite lié à l’avancée en âge et au déclin physique et cognitif.

 

Est-on toujours forcé d’arrêter de conduire en vieillissant ?

Évidemment tous les seniors n’arrêtent pas de conduire, il suffit de voir les chiffres sur leur motorisation et de savoir que c’est leur principal moyen de locomotion.

La question ne se pose pas toujours, certains restent en pleine possession de leurs capacités tout au long de leur vieillissement, mais lorsqu’elle se pose il y a deux manières principales de l’aborder, bien qu’elles puissent se décliner.

L’arrêt brutal : la personne va arrêter de conduire du jour au lendemain, à la suite d’un accident, d’un diagnostic médical ou d’une décision de famille sans être préparée à s’arrêter.

Elle passe d’une mobilité dépendant de la voiture à l’absence totale de voiture, induisant parfois une perte de mobilité. Il peut y avoir dans ce cas un fort déni de ses troubles, la personne va s’arrêter de conduire au dernier moment.

L’arrêt progressif : s’effectue suite à une observation mais surtout à une prise de conscience de la baisse de capacités, ils prennent d’eux-mêmes la décision d’arrêter de conduire. Certains passent par une transition dans laquelle ils changent leurs habitudes de conduite (fréquence, vitesse, distances, conditions…).

Quoi qu’il en soit, cette décision ou obligation peut être très dure à vivre.

 

Chez les seniors, l’arrêt de la conduite a des conséquences non-négligeables

Qui sont d’autant plus négatives si l’arrêt est brutal et imposé que s’il est progressif et résultant d’un choix.

Les conséquences principales seront une baisse de la mobilité (s’expliquant par une dépendance à la voiture faisant que la déprise sera au mieux une entrave à la mobilité et au pire un arrêt brutal de celle-ci), une baisse des activités (les activités hors de chez soi sont drastiquement réduites, ce qui débouche parfois sur une réduction des liens sociaux, voire à l’isolement à domicile), des conséquences psychologiques (4 principales sont recensés ; l’indépendance, l’identité personnelle, la santé émotionnelle et la satisfaction de vie) pouvant entraîner une dépression ou rendant la personne dépendante de son entourage.

 

Comment parler de gain quand on constate une perte ?

Tout simplement en minimisant le négatif et en optimisant le positif.

Une autonomisation est permise à travers ce processus, la dépendance n’est pas la seule option, un apprentissage de choses nouvelles est envisageable à travers des stratégies d’adaptation. Par exemple, s’il ne lui est plus possible de se déplacer pour aller faire ses courses, la personne va parfois apprendre à utiliser un ordinateur ou un smartphone pour faire ses courses en ligne. Ils vont parfois se pencher vers des mobilités alternatives, comme le bus ou la marche.

Le constat de la préservation de certaines fonctions et leur renforcement est permis à la suite de cet arrêt. Nous pouvons prendre pour exemple le jugement et l’évaluation des risques, car la personne a été capable de prendre conscience de ses difficultés, et de prendre la décision non seulement de ne pas prendre de risques, mais également de ne pas en imposer aux autres.

Les stratégies d’adaptation évoquées précédemment font quant à elles appel à la mémoire, car il s’agit d’apprentissages nouveaux, qui montrent que c’est encore possible et renforcé malgré les troubles rencontrés.

 

Et eux, qu’en disent-ils ?

Nous allons nous arrêter sur une étude de 2005, menée par Adler & al qui met sur pied des groupes de discussions de 12 personnes âgées de 70 à 85 ans ayant cessé de conduire récemment. Plusieurs sujets sont abordés, les principaux étant le fait de devenir non conducteur, ce qui a influencé la décision, les effets de l’arrêt de la conduite et les alternatives qu’ils ont trouvé. Tous ces points sont abordés plus hauts dans l’article, mais il paraissait intéressant de citer certains de leurs témoignages ici pour illustrer ces propos.

Mr J déclare après avoir cessé de conduire : “Je ne me sens pas comme quand je pouvais le faire tout seul. Je pense que cela signifie davantage pour un homme, la question de la masculinité. Je ne me sens pas l’homme complet que j’étais”

Mme K : “Je veux rester chez moi, mais si je manquais de quelque chose, j’adore cuisiner et je pouvais me précipiter dehors pour trouver ce dont j’avais besoin. Aujourd’hui, on ne demande plus rien aux voisins et c’est déprimant pour les personnes âgées de ne plus pouvoir le faire.”

Mme J : “[Je] ne serais pas en mesure de répondre à mes besoins particuliers, comme aller chez le médecin, je devrais dépendre de quelqu’un d’autre. Je pense avoir perdu mon indépendance”.

Mr K : “Je pense qu’il serait bon de se réunir une fois par an pour discuter de la conduite ou de l’abstention et des problèmes que cela pose. Invitez les personnes qui ont cessé de conduire et celles qui conduisent encore à s’exprimer. Les clubs de service pourraient, une fois par an, donner une conférence sur ce sujet.”

Pour conclure

Rappelons avant tout que l’idée que les seniors sont plus dangereux que les autres sur la route est erronée, et que leur mortalité est plus élevée principalement à cause de leur fragilité.

Une déprise de la conduite peut malheureusement impliquer des conséquences très néfastes sur les personnes concernées, principalement à cause de la diminution de leur mobilité que ça entraîne, provoquant en effet boule de neige beaucoup d’autres conséquences, notamment psychologiques.

Au final, cet arrêt de la conduite est propre à chacun, l’arrêt se fait au final quand la personne est prête à le faire, et la variabilité inter-individuelle fait que les conséquences ne seront pas les mêmes d’une personne à l’autre.

Mais s’il y a bien une chose à retenir, c’est qu’un arrêt progressif et décidé par la personne elle-même reste une manière d’amoindrir fortement les conséquences négatives de cette déprise.

Au final, savoir s’arrêter de conduire c’est savoir juger ses capacités, savoir s’adapter à une situation nouvelle, et être capable d’apprendre à nouveau.

 

 

Sources

Observatoire National Interministériel de la sécurité routière, Accidentalité routière 2019 – Résultats définitifs

Adler & al (2005) Older adults’ perspectives on driving cessation

Ravulaparthy & al (2013) Linking elderly transport mobility and subjective well-being – Transportation research record

Carp (1988) Significance of Mobility for the Well-Being of the elderlySpecial Report 218 : Transportation on an Aging Society

Marquié, J.C (2010) Aging, transportation and mobility : current issues – Presse universitaire de France Le travail Humain, 73, 1-5