La médiation animale

L’utilisation d’animaux de compagnie dans un contexte thérapeutique existe depuis la fin du XIXème siècle. En effet, à cette époque des animaux domestiques ont commencé à apparaître dans les établissements psychiatriques en Angleterre. Cependant, cette pratique de soin a malgré tout été délaissée par les médecins jusqu’à la deuxième moitié du XXème siècle.

  • La thérapie animale, toute une histoire

L’utilisation d’animaux de compagnie dans un contexte thérapeutique existe depuis la fin du XIXème siècle. En effet, à cette époque des animaux domestiques ont commencé à apparaître dans les établissements psychiatriques en Angleterre. Cependant, cette pratique de soin a malgré tout été délaissée par les médecins jusqu’à la deuxième moitié du XXème siècle.

La plupart des expériences relatées dans les articles scientifiques que nous avons pu lire concerne une médiation animale au travers du chien, bien que d’autres pratiques existent avec par exemple des chevaux. Il semblerait que la domestication du chien ait eu lieu avant celle du chat et du cheval, ce qui pourrait expliquer cette tendance.

Les travaux de Boris Levinson ont permis un nouvel essor de la médiation animale dans les pratiques soignantes. Par le plus grand des hasards il a pu constater les effets bénéfiques qu’un animal peut avoir envers des personnes souffrant de troubles du comportement. En effet, en 1953, il va recevoir un jeune garçon autiste, accompagné par sa famille. Ce jeune homme ne communiquait plus avec le monde extérieur, et devait être placé en institution spécialisée. Au cours de la consultation, le chien de Levinson est allé sentir le garçon, qui a alors commencé à le caresser et à lui parler, ce qui a permis au psychiatre de comprendre le rôle médiateur que peut jouer son chien. Par la suite il développera la théorie de la Pet Oriented Child Psychothérapy, qui se base sur la relation entre le chien et l’enfant en passant notamment par le jeu, et qui fait l’objet de vecteur de communication. L’animal apporte de l’affection et une absence de jugement qui va rassurer l’enfant. C’est en 1961 qui publiera pour la première fois sur la thérapie animale, pour ensuite envisager le chien plus seulement comme source de médiation mais comme co-thérapeute.

Désormais les chiens utilisés en thérapie sont sélectionnés selon leur caractère, on préférera des chiens facilement éducables par exemple, et d’apparence non agressive. Plusieurs critères devront être remplis pour permettre au chien de devenir médiateur thérapeutique, tels que le fait d’avoir confiance en des étrangers, de supporter les manipulations désagréables, de tolérer les vocalises non contrôlées (des cris par exemple), d’être calme dans un environnement non familier, de ne pas réagir aux bruits ou encore d’obéir aux ordres.

 

  • Et en pratique ?

Il a été relevé par plusieurs auteurs que « le chien peut avoir un retentissement positif sur les fonctions cognitives, les comportements physiques et psychosociaux, et agit sur les émotions, les troubles de l’humeur de la personne âgée en institution » (S. Martin, 2013).

En effet, la médiation canine va avoir des effets sur de nombreux aspects de la vie des personnes âgées. Sur un plan moteur, ils vont encourager les personnes à se déplacer, à se lever, ouvrir des portes…, et il va leur permettre de s’adapter plus spontanément à leur environnement, ce qui va leur permettre de retrouver ou d’entretenir une certaine autonomie. De plus l’animal va pouvoir stimuler divers sens tels que le toucher, la vue ou l’ouïe. La présence d’un chien va encourager les sujets à parler, maintenir un raisonnement adapté pour pouvoir lui donner des ordres, et à faire revenir des souvenirs épisodiques qui serviront alors de repères personnels qui pourront calmer leurs angoisses grâce à un continuum entre leur vie passée et leur vie présente. Le fait de les apaiser ainsi va atténuer des troubles du comportement qui ont tendance à s’accentuer en situation de stress. Le chien va canaliser et temporiser l’agressivité et les tensions de ces personnes, il agit comme un régulateur émotionnel par son aspect sécurisant. Il va devenir source et objet d’affection duquel n’émane aucun jugement. Pour finir il va également permettre de revaloriser la personne en la responsabilisant, par le biais des soins courants qu’elle pourra lui prodiguer ou des échanges qu’elle entretiendra avec lui, et ainsi on peut dire qu’elle se sentira exister. Prendre soin d’un animal va lui permettre de passer de sa position de « soigné » à celle de « soignant ».

De plus, l’animal est source de curiosité et d’intérêt, il permet de rompre l’isolement ou la solitude. Il peut ainsi instaurer une routine, des rituels, en se promenant à heure fixe par exemple, ce qui poussera les résidents à se lever et à venir le voir. Le chien va ainsi favoriser la socialisation des personnes âgées grâce à une communication verbale ou non verbale.

La présence d’un animal auprès de personnes touchées par des troubles cognitifs majeurs va ainsi leur permettre de rester mentalement actif grâce aux diverses stimulations que nous avons citées plus haut.

Bibliographie

  • Andryushchenko-Basquin I. & Chelly S. (2017) Le rôle d’un animal dans le processus thérapeutique : quel « profil » pour quel objectif ? Psychothérapies, 2017/2 (n°37), p. 71-79
  • Martin S. (2013) La médiation animale : accompagner la personne pagée autrement, Empan, 2013/3 (n°91), p. 118-121
  • Kohler R. (2009) L’animal : une approche humaniste en maison de retraite – 1ère partie – Un outil à la disposition des thérapeutes, Journal de réadaptationmédicale, 2009/3 (n°29)
  • Kohler R. (2009) L’animal : une approche humaniste en maison de retraite – 2ème partie – L’expertise d’Handi-Chiens, Journal de réadaptationmédicale, 2009/4 (n°29).

 

 

 

Mathilde, Marion, Mariana


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mcuny (26 décembre 2019). La médiation animale. Psychologie du vieillissement. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1uv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.