Psychologie du vieillissement dans le monde : enjeux pour l’avenir

Entre 2000 et 2050, la proportion de la population mondiale de plus de 60 ans doublera pour passer d’environ 11% à 22%. Les pays du monde se divisent majoritairement en deux catégories : ceux qui ont peu à peu placé leurs aînés en institutions, et ceux qui ont préféré suivre la tradition en faisant vivre plusieurs générations sous le même toit. Quelle place pour la psychologie du vieillissement dans le monde ? De quelles manières sont accompagnés nos aînés de nos jours ?

PSYCHOLOGIE DU VIEILLISSEMENT DANS LE MONDE : ENJEUX POUR L’AVENIR

Quelle place pour la psychologie du vieillissement dans le monde ?

 

  1. Quelques chiffres

Entre 2000 et 2050, la proportion de la population mondiale de plus de 60 ans doublera pour passer d’environ 11% à 22%. Les pays du monde se divisent majoritairement en deux catégories : ceux qui ont peu à peu placé leurs aînés en institutions, et ceux qui ont préféré suivre la tradition en faisant vivre plusieurs générations sous le même toit.

Les pays du sud de l’Europe (Italie, Grèce et Portugal) sont désormais les plus vieux d’Europe. De son côté, la France a l’espérance de vie à 65 ans la plus élevée d’Europe (21,6 ans).  On a aussi observé, depuis les années 1990, une baisse de la natalité en Europe, entraînant quelques années plus tard un vieillissement important de la population.

La Chine devrait compter quelques 636 millions de personnes de 50 ans et plus d’ici 2050, soit près de la moitié de sa population, contre 25 % en 2010, d’après une étude citée par USA Today.

La société japonaise est l’une des plus vieilles du monde : le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus dépasse celui de tous les autres groupes d’âge.

Toutes ces données vont dans le même sens, avec le constat selon lequel  la population humain vieillit de plus en plus et enfante moins. Nous devons donc trouver les moyens d’accompagner les âgés dans un soucis de bienveillance et de respect mutuel.

 

  1. Places et prises en charge différentes de la personne âgée selon les cultures, les sociétés, les pays

FRANCE                La société française actuelle souffre de préjugés sur la vieillesse qui, aujourd’hui, répondent principalement à des injonctions sociales et médiatiques.

USA                       Plusieurs religions en Amérique du Nord préconisent le respect des anciens et les bénévoles sont nombreux à participer à la prise en charge des anciens, notamment dans les centres pour personnes âgées et les communautés de vie pour seniors.

CHINE                   Les aînés peuvent en effet avoir recours aux tribunaux pour exiger un soutien financier et émotionnel de leurs enfants, car le vieillissement important de la population ne doit pas impacter l’économie de ce pays en plein développement.

ÉCOSSE                Les personnes âgées y sont vues comme un atout. Un nouveau programme de « refonte de la prise en charge des aînés » encourage ceux-ci à faire entendre leur voix. Le pays a ainsi procédé à un changement de paradigme, cessant de mettre l’accent en priorité sur la prise en charge des aînés à l’hôpital et favorisant la prévention de la perte d’autonomie. Le pays encourage l’adaptation du logement pour permettre le maintien à domicile et les Écossais s’engagent à participer activement à la prise en charge de leurs aînés, considérés comme des membres importants de la société. Honorer le grand âge fait maintenant partie intégrante de la tradition en Écosse.

TOGO                   Dans les cultures africaines, on parle de « vieillards », de « sages » ou de « vieux ». Malheureusement les sociétés changent, la pauvreté et les inégalités sociales présentes au Togo par exemple prennent le dessus, et les personnes âgées bénéficient très peu des minces aides mises en place par l’état. Ce sont souvent les ONG qui prennent alors le relai, car ici il n’y a pas de maisons de retraite.

 

Le besoin d’une prise en charge au long court augmente. Dans les pays en développement, le nombre de personnes âgées qui ont perdu leur autonomie devraient être multiplié par quatre d’ici à 2050. De nombreuses personnes très âgées ne peuvent plus vivre seules car elles ont du mal à se déplacer, elles sont fragiles ou ont d’autres problèmes de santé physique ou mentale. Un grand nombre d’entre elles ont besoin d’une prise en charge (soins à domicile, soins prodigués au sein de la communauté, assistance pour les tâches de la vie quotidienne, logement en établissement spécialisé ou hospitalisation prolongée).

Dans le monde entier, il y aura une augmentation spectaculaire du nombre de personnes atteintes de démences telles que la maladie d’Alzheimer, puisque l’espérance de vie progresse. Le risque de démence augmente fortement avec l’âge, puisqu’on estime de 25 à 30% les personnes âgées de 85 ans et plus qui sont atteintes d’une certaine forme de déclin cognitif. Les personnes âgées atteintes de démence dans les pays à revenu faible et intermédiaire n’ont généralement pas accès à des soins de longue durée abordables comme le nécessiterait leur état de santé. Il est fréquent que leurs familles ne bénéficient d’aucune aide financière publique dans le cadre des soins à domicile.

Dans les situations d’urgence, les personnes âgées peuvent être tout particulièrement vulnérables. Lorsque les communautés sont déplacées du fait de catastrophes naturelles ou de conflits armés, les personnes âgées peuvent être incapables de s’enfuir ou de parcourir de longues distances et courent le risque d’être abandonnées. Cependant, dans de nombreuses situations, elles peuvent aussi être une force appréciable pour leurs communautés et contribuer au processus d’aide humanitaire lorsqu’elles participent à celui-ci en tant que chefs des communautés.

 

  1. Orientations & obédiences

Dans cette partie, nous allons parler des champs d’orientation en psychologie. Pendant longtemps, le champ le plus répandu a été la psychologie clinique psychanalytique. Ensuite, et progressivement, nous observons l’émergence d’autres champs de la psychologie, comme la psychologie expérimentale, développementale (de l’enfant à l’adulte vieillissant), puis plus récemment les sciences neurocognitives.

D’ailleurs, la psychologie a toujours existé chez différents peuples du monde entier, mais sous forme de philosophie (notamment dans les populations grecques, égyptiennes, chinoises, indiennes et arabo-musulmanes).

En outre, la place de la psychologie est influencée par le mode de vie et les modes de pensées. Dans certains pays, le/la psychologue a la place d’un coach. Ce rôle peut être souvent mal compris et génère de l’appréhension. En Russie par exemple, où l’orientation psychanalytique domine, les habitants doutent fortement de l’efficacité et de l’utilité de la psychologie.

Dans certains pays d’Europe, comme la France, les Pays-Bas et la Belgique, les champs de la psychologie sont plus larges. On peut observer une tendance psycho-développementale (en particulier chez l’enfant), mais aussi  sociale et cognitive, ainsi que psychanalytique. Plus récemment, l’augmentation de l’incidence des maladies neurodégénératives s’associe au développement des neurosciences et des psychothérapies non médicamenteuses.

Aux États-Unis, on constate une prédominance psychanalytique et neuropsychologique. Les neurosciences cognitives sont très présentes, surtout dans la recherche.

Dans certains pays latins, comme le Brésil ou l’Argentine, l’orientation freudienne et lacanienne triomphe davantage (donc psychanalytique).

En Afrique, la psychologie est connue, mais reste relativement récente, mais elle a peu d’influence sur les populations. Les personnes qui consultent un psychologue sont souvent comparées à des « fous ». La psychologie est présente mais évolue doucement dans les mœurs. Les approches sont plus orientées vers de la psychologie développementale en lien avec l’éducation, aussi la psychologie sociale qui étudie les modes de pensée et l’influence des facteurs culturels.

En Chine,  la psychologie s’est développée de manière graduelle. La psyché, la pensé et l’esprit sont au premier plan dans la médecine chinoise, le mode de vie et la culture. Les asiatiques en général accordent beaucoup d’importance à l’âme et la spiritualité. Le terme « psychologie » n’est pas réellement très utilisé. L’orientation psychologique en Chine est davantage clinique. Elle est orientée vers les sciences sociales, le counseling (conseils) et la psychologie organisationnelle (psychologie du travail).

Au Canada, la psychologie s’est développée comme en Europe et aux États-Unis, c’est-à-dire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les premières universités de psychologie voient le jour un peu plus tard. Leurs orientations mettent l’accent sur la psychologie clinique et les recherches appliquées. Actuellement, les domaines de la psychologie sont plus vastes au Canada. Leurs influences sont multiples : psychologie développementale, expérimentale, sociale, cognitive, la neuropsychologie, la gérontologie, …

Ces multiples orientations et champs en psychologie sont bien la preuve de la richesse de la discipline. La psychologie continue à se développer, et ce dans le monde entier.

 

  1. Enjeux & perspectives d’avenir

Face au vieillissement massif de la population, il est important de penser la suite. Des pays, comme le Japon, pensent solutionner ce « problème » en inventant des robots, capables de pallier le manque de personnels des institutions de soin et d’hébergement. Alors qu’en Inde, il est impensable que la place de l’âgé ne soit pas dans le foyer des enfants. Mais les sociétés évoluent et la question reste en suspens, même s’il faut aussi prendre en compte les moyens et les ressources des pays confrontés au vieillissement de leurs populations.

La solution serait-elle d’accueillir ses parents chez soi ? C’est ce qu’envisagent de plus en plus de français qui, contraints de trouver une alternative aux EHPAD trop onéreux, se retrouvent à héberger leur parent lorsque celui-ci se retrouve en situation de dépendance. Il est toutefois important de garder à l’esprit que cela n’arrive généralement que quand le parent est veuf ou que son conjoint ne peut plus lui assurer une aide quotidienne.

Il semble donc primordial de chercher à valoriser les emplois de service à la personne, domaine qui reste malgré tout précaire et peu attractif pour le moment. Une formation modifiée, un salaire plus attractif et une précarité moins prégnante pourraient pourtant avoir raison des idées reçues selon lesquelles prendre en soin nos aînés serait mal vu, voire dégradant. 

Cette place à prendre est d’autant plus urgente que des services privés, comme Amazon ou La Poste, investissent ce marché en proposant des prestations couteuses. Pour éviter que l’écart se creuse entre deux populations aux moyens différents, il est primordial d’être vigilent à cette concurrence.

Aussi, proposer une modification de la réglementation des EHPAD, comme un renforcement des budgets alloués au recrutement des personnels et un remaniement des heures de travail des équipes soignantes, serait aussi à penser pour ne pas laisser nos aînés en situations parfois compliquées voire mettant en danger leurs vies et celles d’autrui.

Enfin, il reste toujours la place aux utopistes qui, chaque jour, sont appelés à réfléchir de nouvelles solutions plus humaines et sociales pour répondre aux soucis aux problèmes engendrés par cette longévité qui s’allonge sans cesse, et à laquelle est malheureusement corrélée la dépendance. 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

https://www.dw.com/fr/quelle-place-ont-les-personnes-%C3%A2g%C3%A9es-en-afrique/av-40755326

https://www.francetvinfo.fr/sante/senior/comment-le-monde-s-occupe-de-ses-personnes-agees_2588002.html

https://www.france24.com/fr/20180118-le-royaume-uni-va-avoir-ministere-solitude-lutter-contre-lisolement-social

https://www.capretraite.fr/blog/actualites/tour-monde-prise-charge-aines-differentes-cultures/

http://ht.hopital-trotter.com/inspirations-argentines-hugo-pairot/

https://www.trisan.org/fileadmin/user_upload/Cahier_the%CC%81matique_TRISAN_La_prise_en_charge_des_personnes_%C3%A2g%C3%A9es_d%C3%A9pendantes.pdf

https://www.senioractu.com/Le-point-sur-la-prise-en-charge-des-personnes-agees-en-Europe-et-au-Canada-partie-2_a20799.html

https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/le-vieillissement-de-la-population-et-ses-enjeux

http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/6807/?sequence=9

https://www.researchgate.net/publication/271510197_L%27AVENIR_DES_PERSONNES_AGEES_The_future_of_the_elderly

https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2007-1-page-423.htm

https://www.africapostnews.com/psychologie-tabou-de-plus-afrique/

https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2005-3-page-73.htm

https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000227109

https://sites.google.com/a/volubilys.fr/phalanstere2/etudes-chinoises/psychologie-chinoise

http://cedre.forum.free.fr/psychologie.htm

https://www.masteretudes.fr/Master/Psychologie-clinique/Asie/

https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/psychologie-1

http://www.psychologue-clinicienne.org/la-psychologie-entre-le-droit-leducatif-et-la-clinique-une-approche-singuliere/

https://journals.openedition.org/sociologies/4866

http://www.russieinfo.com/les-russes-ont-ils-un-psy-dans-leur-vie

https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2007-1-page-423.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_psychologie#Les_précurseurs 

 

Adle, Maod, Chahi, Melpa


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.