La réalité virtuelle au service de l’évaluation clinique de la personne âgée : le dépistage précoce des troubles neurocognitifs majeurs.

L’augmentation de l’espérance de vie et donc du nombre de maladies chroniques dont les démences (un nouveau cas toutes les sept secondes selon Ferri et al., 2005), constitue un véritable problème de santé publique. Le dépistage de ces troubles neurocognitifs représente donc un enjeu majeur.
Les outils de dépistage et de diagnostic sont nombreux mais peu spécifiques et écologiques. La réalité virtuelle apparaît comme un outil idéal permettant de questionner la cognition et les comportements des personnes âgées.

1. Examens neuropsychologiques traditionnels.

Deux types de tests évaluant le statut cognitif des sujets sont classiquement utilisés :

-Les tests généraux explorant brièvement un ensemble de fonctions cognitives comme le MMSE ou l’échelle de Mattis

-Les tests ciblant spécifiquement une fonction comme par exemple, la mémoire épisodique avec le Rl/RI 16 ou le California Verbal Learning Test (CVLT).

Malgré leurs très bonnes capacités psychométriques, ces tests ne donnent pas d’informations sur le fonctionnement réel et quotidien du sujet lors d’activités complexes. Ce qui leur vaut l’appellation de tests non écologiques ou tests de laboratoires.

Explorer à la fois le fonctionnement cognitif global du sujet, la nature des troubles et leurs répercussions dans la vie quotidienne du sujet nécessiterai d’utiliser au minimum un ensemble de trois types de tests. De ce fait, le développement d’outils d’évaluation à la fois écologique et structurels serait une réelle avancée afin de limiter le testing que subissent les patients.

 

2. La réalité virtuelle : un compromis aux tests neuropsychologiques classiques.

La réalité virtuelle est une activité sensorimotrice dans laquelle la personne est immergée dans un monde virtuel où elle agit physiquement par l’intermédiaire d’interfaces sensorielles et motrices. En permettant la simulation de situations proches du quotidien, la réalité virtuelle mesure directement les incapacités des sujets et donc offre la possibilité de dépister des cas de démence. En effet, selon Wilson (2002), il est indispensable d’appréhender la cognition dans le contexte de ses relations avec le corps physique en interaction avec le monde.

La réalité virtuelle présente de nombreux avantages :

  • Permet la création infinie d’environnements virtuels naturels et familiers (ville, magasin, salle de classe)
  • Permet d’enregistrer les données et de les analyser
  • Permet de répéter les tâches
  • Permet de manipuler les données de temps, d’espace.
  • Possibilité de solliciter tous les sens : vision, audition, odorat, touché, proprioception

Ainsi, la RV apparaît comme une alternative aux tests neuropsychologiques classiques grâce à une mesure conjointe du handicap (réalisation d’une activité dans un environnement réaliste) et des troubles cognitifs (évaluation précise du fonctionnement cognitif grâce à des indicateurs fiables : temps de réponse, hésitations, fixations oculaires…).

Exemple concret à la lumière de l’étude de Widmann et al., 2010 :

Les auteurs ont comparé les performances de mémoire épisodique de deux groupes de personnes (âgées VS démence de type Alzheimer précoce) à l’aide d’un quartier virtuel dans lequel les personnes devaient mémoriser un trajet et les enseignes de certaines magasins. Les performances des sujets à cette épreuve de RV ont été mises en relation avec leurs performances au test classique de mémoire verbale CVLT afin d’évaluer la valeur ajoutée d’une évaluation dans un environnement plus naturel.

Pour le groupe des personnes âgées, les résultats ont montré une correspondance quasi parfaite entre les résultats au CVLT et les résultats au test RV. De plus, alors que les performances de reconnaissance (CVLT vs RV) sont équivalentes pour le groupe des personnes âgées, les performances sont meilleures en RV comparativement à la CVLT pour les patients DTA. Ainsi la RV renforce la différence de performance de reconnaissance chez les DTA, ce qui en fait un test plus sensible que la CVLT papier-crayon.

 

En conclusion, les applications de réalité virtuelle, tous domaines d’études confondus (mémoire épisodique, orientation spatiale, conduite automobile) parviennent sans difficultés à identifier la présence d’une démence, et ce de manière au minimum aussi sensible que les mesures traditionnelles.

Bibliographie

Article de référence : https://doi.org/10.1016/j.neurol.2011.09.005

C.P. Ferri, M. Prince, C. Brayne, H. Brodaty, L. Fratiglioni, M. Ganguli, et al.Global prevalence of dementia: a Delphi consensus study, Lancet, 366 (9503) (2005), pp. 2112-2117

M. Wilson, Six views of embodied cognition, Psychonom Bull Rev, 9 (2002), pp. 625-636

Widmann CN, Beinhoff U, Riepe MW. Everyday memory deficits in very mild Alzheimer’s disease. Neurobiol Aging 2010; in press.  doi:10.1016/j.neurobiolaging.2010.03.012.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.